Smoots

(texte en français ci-dessous)

It is on the right of the bridge connecting Cambridge to Boston, next to MIT, that you will see 350 Smoots written on the sidewalk and it is one of the countless ways MIT students become famous.

Because before being an unconventional measure, Smoot was a student.

The story takes place in 1958 and like every year, newcomers who want to be part of the Lambda Chi Alpha fraternity must prove that they are worthy of becoming members by performing different tasks (NB: this system was abolished in 1972). Their idea, in keeping with the tradition of MIT pranks or, according to other sources, their assigned task: measure the Harvard Bridge using a new human unit that will mix imagination and scientific “innovation”.

Among the fraternity pledges, Smoot is the smallest so it will complicate the task of measurement and his name sounds scientific so he is chosen as the standard.

He therefore lies down countless times on this bridge to allow his colleagues to mark down the intervals until he decides that it will be less tiring for him to be carried.

At the end of the process, the bridge acquires the official length of 365.4 smoots plus or minus one ear to account for uncertainty, or 2035 ft.

Smoot obtains his diploma 4 years later, becomes a lawyer and later, but it was inevitable, president of the American National Standards Institute then the International Organization for Standardization!

In 1972, another promotion decides to drop an used and irreparable piano from the roof of a building on campus to get rid of it without having to pay for removal (the pieces will be easy to carry to the trash and if it’s forbidden to drop anything from a window, nothing is said about the roof) and start a new unit, the Bruno (named after the main instigator of the prank) which represents the volume of the hole generated on the ground by the fall of this piano, i.e. approximately 0.870 liters. After that and for a while, the Bruno becomes the name of a milkshake at the local cafeteria.

Since then, an unusable piano is thrown every spring from the roof of the Baker House, the dormitory from which the first launch was inaugurated. The event now takes place on drop day, the last day when the students still have the possibility of changing orientation in their studies for the courant term.

As for the smoots, a student association still takes care of maintaining the markings on the ground, the term has entered the dictionary and the unit can be used on some calculators.

External links:


C’est sur la droite du pont reliant Cambridge à Boston à hauteur de MIT que vous verrez l’inscription 350 Smoots écrite sur le trottoir et c’est une des innombrables façons qu’ont les étudiants de MIT de devenir célèbres.

Car avant d’être une mesure non conventionnelle, Smoot était un étudiant.

Cela se passe en 1958 et comme chaque année, les nouveaux venus qui veulent faire partie de l’association Lambda Chi Alpha doivent prouver qu’ils sont dignes d’en devenir des membres en exécutant différentes tâches prouvant leur valeur (NB: ce système a été aboli en 1972). Leur idée, en accord avec la tradition des farces de MIT ou, selon d’autres sources, leur tâche assignée: mesurer le pont Harvard en utilisant une nouvelle mesure humaine qui mèlera imagination et “innovation” scientifique.

Parmi les nouveaux, Smoot est le plus petit donc cela compliquera la tâche de mesure et son nom sonne scientifique donc il est choisi comme étalon.

Il va alors s’allonger d’innombrables fois sur ce pont pour permettre à ses collègues de noter les intervalles jusqu’au moment où il décide que ce sera moins fatiguant pour lui de se faire porter.

Au bout du processus, le pont acquiert la longueur officielle de 365.4 smoots plus ou moins une oreille pour tenir compte des incertitudes, soit 620,10 mètres.

Smoot obtient son diplôme 4 ans plus tard, devient avocat puis, c’était inévitable, président de l’association américaines des mesures standardisées puis de l’organisation internationale pour la standardisation des mesures!

En 1972, une autre promotion décide de faire tomber un piano usagé et irréparable depuis le toit d’un bâtiment du campus (cela coûtera moins cher que de le faire enlever car les morceaux seront facilement transportables vers les poubelles et il est interdit de jeter quoi que ce soit depuis les fenêtres mais rien n’est dit à propos du toit) et ignaugure une nouvelle mesure, le Bruno (du nom du principal instigateur de l’affaire) qui représente le volume du trou généré au sol par la chute de ce piano, soit environ 0,870 litres. Le Bruno devient ensuite et pour un temps le nom d’un milkshake à la cafétéria locale.

Depuis, un piano inutilisable est jeté tous les ans au printemps depuis le toit de la Baker House, le dortoir d’où le premier lancement a été inauguré. L’évènement se passe maintenant le jour du drop day, c’est à dire le dernier jour où les étudiants ont encore la possibilité de changer d’orientation dans leurs études du trimestre.

Pour ce qui est des smoots, une association d’étudiants s’occupe toujours de maintenir les marquage au sol, le terme est entré dans le dictionnaire et il peut même être utilisé dans certaines calculatrices.

Liens externes

Leave a comment

Your email address will not be published.

Content available in request - Contenu disponible sur demande